CES : ce qu’il faut retenir de l'édition 2020

CES : ce qu’il faut retenir de l'édition 2020 CES : ce qu’il faut retenir de l'édition 2020

Nos équipes se sont envolées vers Las Vegas pour le Consumer Electronics Show 2020, du 7 au 10 janvier, afin de détecter et anticiper les innovations pour nos clients et le Groupe.

Après trois jours sur place, Antoine de Lasteyrie, Directeur Général de Wide Agency, nous livre ses premiers retours & impressions.

La technologie désilote les secteurs

 

L’automobile, les télécoms, l’entertainment et la tech, sont aujourd’hui des partenaires stratégiques et ne peuvent plus se développer l’un sans l’autre. Chacun apporte sa pierre à l’édifice de l’expérience produit et donc consommateur en combinant le meilleur de chaque technologie : c’est ce que l’on appelle l’« inclusion technologique ».

Voici quelques exemples d’inclusions :

  • Amazon intègre Alexa chez de plus en plus de constructeurs (BMW, Ford, Toyota, VW) pour piloter les fonctionnalités de sa voiture et, dans un futur proche, payer à la station-service en énonçant « Alexa paye l’essence ».
  • BlackBerry propose des solutions data et d’IA pour améliorer la sécurité automobile, avec Jaguar et Land Rover.
  • Samsung qui, grâce à la 5G intégrée, va permettre à l’automobile d’être connectée à son environnement et aux infrastructures routières en temps réel, notamment pour :
    • Annoncer le délai restant avant que le feu passe au vert.
    • Télécharger instantanément des jeux pour occuper les enfants dans la voiture.
    • Alerter sur les accidents et problèmes sur la chaussée en temps réel en étant connecté aux autres véhicules.
  • Sony présente sa voiture électrique Vision-S, dont l’intérieur fait la part belle aux écrans, et dont on peut penser que les contenus, jeux et films de la marque auront une bonne place.

C’est gagnant pour le consommateur qui aura accès au meilleur des technologies pour une expérience optimale.

 

Vers une meilleure interopérabilité des systèmes

 

A mon sens, ces inclusions technologiques et partenariats engendrent un autre grand bienfait : l’amélioration de l’interopérabilité des systèmes et l’ouverture des plateformes sont la condition sine qua non pour une expérience réussie, car simple à mettre en œuvre par tout utilisateur.

  • Les GAFA ont décidé de mettre en le turbo sur la maison connectée, en lançant une alliance fin 2019 pour créer une norme commune avec la fondation ZigBee, qui regroupe plusieurs grands industriels tels que Legrand, Schneider Electric ou Somfy.
  • Pour une maison connectée efficiente, Somfy a ouvert sa plateforme en créant TaHoma qui permet de connecter du son avec SONOS, des services dans l’énergie avec EDF, des services d’assurance avec AXA, ainsi que de nombreux autres partenaires. La box est capable d'entrer en connexion avec d’autres environnements, comme Legrand par exemple, afin de pouvoir simplifier l’utilisation de sa domotique.

 

Même si ce n’est encore que le début, c’est une avancée utile et nécessaire pour simplifier l'utilisation par le consommateur et démocratiser les usages.

 

Les assistants vocaux ne tuent pas les écrans !

 

Avec l’apparition des assistants vocaux, le concept de No Interface a vu le jour il y a quelques années en prédisant leur fin. J’ai pu constater au CES 2020 qu’Alexa, Hey Google et consorts ne tuent pas les interfaces et, par définition, les écrans, mais les augmentent. Ils sont partout, sur un grand nombre de supports et de nombreux domaines : électroménager, mode ou encore automobile. Flexibles, pliables ou pivotables, ils sont de toutes tailles et définitions. En d’autres termes, cet éclectisme permet d’adapter l’écran aux besoins de l’utilisateur. Par exemple, Samsung a développé un écran qui pivote en fonction de l’usage que l’on souhaite en faire : pour regarder un film, laissez-le en position paysage ; pour naviguer sur les réseaux sociaux, faites-le pivoter en portrait.

En termes d’efficience, l’association entre la voix et l’interface est la clef d’une expérience réussie.

 

Tout dans la maison devient connectée

 

Il est important de noter que les robots de type Pepper, qui étaient fortement présents et symbolisent le futur de notre quotidien, ont quasiment disparu du CES 2020. Aujourd’hui, ce sont les équipements ménagers traditionnels qui sont augmentés par la voix, la data et une interface. Parmi les innovants marquantes de cette édition, on trouve :

  • Les robots ménagers avec Alexa & CookingPal
  • Les serrures US:E, qui proposent 7 manières d’ouvrir sa porte, dont la reconnaissance faciale et la reconnaissance par empreintes digitales.

 

Petite parenthèse sur la reconnaissance faciale qui fait toujours débat : la majeure partie des services proposés utilise des moyens biométriques et relève donc de l’univers de la sécurité personnelle. La maison et le foyer pourraient être un levier pédagogique pour préparer une adoption plus massive à moyen terme.

 

Quand la technologie devient émotionnelle...

 

De façon paradoxale, la technologie, qui peut être souvent perçue comme froide et déshumanisante, devient de plus en plus émotionnelle. De grands acteurs, notamment parmi les constructeurs automobiles, réalisent un immense travail sur l’expérience sensorielle apportée par la technologie.

  • Audi, avec l’Human Centric Lighting permettant des couleurs et éclairage différents pour créer une ambiance unique, propose des expériences adaptées à chacun (faciliter la concentration, par exemple).
  • Mercedes propose la Vision AVTR, une voiture qui communique une émotion à l’extérieur à l’image d’une ambiance ou d’une humeur.

 

La technologie apporte désormais de l’efficience mais aussi une ambiance reflétant un état physiologique, d’accélération ou de freinage, ou générant un état d’esprit spécifique (sérénité, concentration, etc.).

En conclusion, cette édition 2020 du CES a présenté des innovations globalement moins « gadgets » et a proposé des services et produits apportant une véritable valeur d’usage enrichie à travers ces inclusions technologiques.

CES